Amicale BUFFALO SARAP

Amicale                                                               BUFFALO SARAP

Buggy BUFFALO de Yves




Yves a réussi à acquérir un BUFFALO qui était convoité par beaucoup de monde : mais dans ce cas précis, c'est simplement l'amitié qui a permis

d'aboutir à une transaction !
Le buggy n'était à vendre à personne... sauf à Yves.
Voilà qui est dit !
 Et comme ça Jacky, l'ex-proprio est certain de pouvoir le conduire encore lorsqu'il sera remis en état. Pas bête, l'ami !

Un début de restauration a été entamé... en 1994 ( ! ) par le précédent propriétaire, mais maintenant c'est à Yves de jouer !








Ce BUFFALO a un historique séduisant, puisqu'il figure sur les dépliants officiels de la SARAP et qu'il a un palmarès chargé en compétition aux mains de Germain UHLRICH, avec quelques victoires au scratch en slalom.








Il a ensuite eu une vie mouvementée aux mains de différents propriétaires...








...
avant de tomber entre celles de Jacky, au début des années 80 :

Il le remonte sommairement dans un premier temps...




...avant de lui faire un lifting plus complet et de l'utiliser quotidiennement.



Mais un jour de 1988 c'est le choc !



Jacky décide un démontage total et une restauration en règle, entamée en 1994

Toutefois, suite aux aléas de la vie, le buggy a été mis entre parenthèses
durant de longues années, attendant cette restauration de plus en plus hypothétique au fil du temps...








Yves récupère un châssis entièrement refait ainsi qu'une coque et un capot avant neufs : ce sont les deux toutes dernières pièces de buggy fabriqués à la SARAP, avant la fermeture définitive et la liquidation de l'usine !





N'allez pas croire que c'est à cause d'un chèque en bois
que cette roue est du même métal !!!

Mais avant toute chose, il faut procéder à un bon nettoyage.



Ben ça alors : la coque est blanche !





Tout est entièrement redémonté pour nettoyer et préparer le châssis et ses périphériques.





Chaque pièce bénéficie d'une nouvelle mise en peinture.





Le système de refroidissement a fait l'objet de soins particuliers : ici, deux ventilateurs carénés pour optimiser le flux d'air.


Des écrous ont été soudés à l'arrière des supports de tirants :plus besoin de pester parce que la coque gêne ou que la clé reste coincée !
Les conduits de refroidissement ont été intégrés dans le châssis, contribuant ainsi à la rigidité de celui-ci...









La potence support de coque a été renforcée :




La liaison traverse avant - poutre centrale a elle aussi été renforcée :





Chaque trou de fixation de la coque et des accessoires sur le châssis a été muni d'un insert et d'un renfort pour éviter l'écrasement lors du boulonnage !...
Vous avez dit souci du détail ?



Les tirants de roues arrières ont été montés sur rotules "Unibal ", permettant ainsi un réglage précis.




Le pédalier a été entièrement revu et monté avec un système de double maître cylindres, permettant un réglage séparé de la répartition avant-arrière du freinage.



Des axes de pédales ont été confectionnés ; ils sont munis d'un filetage sur lequel les pédales R8 viennent se visser. L'avantage du système est que la coque n'a pas à être découpée. Deux petits trous pour le passage des tiges suffisent !




Yves remet toutes les pièces à nu puis les apprête et les repeint : certaines en noir brillant, d'autres en noir mat. La boite de vitesses a été décapée jusqu'à l'aluminium nu, puis polie...





Puis commence enfin le travail plus gratifiant du remontage...



La grille n'est pas la définitive : celle-ci n'est en place que pour permettre la manipulation du châssis durant les travaux de remontage.






Et voilà le train avant remonté avec roulements, flexiblocs, fluidblocs, rotules et disques neufs !



Les allonges latérales de potence sont rehaussées pour éviter que les triangles supérieurs ne tapent au passage d'une bosse, car un abaissement radical est prévu.
De plus, ces allonges sont démontables afin d'avoir un accès sous le réservoir sans retirer le capot : on peut intervenir facilement sur les durits, la crémaillère, l'arrière du radiateur, les maître-cylindres...etc.



Le train arrière est remonté avec des roulements neufs et les fameux tirants à rotule "Unibal "





Les arceaux avant et arrière sont montés "à blanc", de même que la colonne de direction de provenance 505



Cette colonne pourtant ne donne pas satisfaction :
le bloc commodo est trop mastoc.
La modification consiste donc à remettre un commodo R8, tel qu'à l'origine, mais muni de la colonne 505 et ses paliers à aiguilles, bien plus performants que les misérables bagues caoutchouc de chez Renault qui grippent et couinent tout le temps.







Et voici un beau châssis roulant équipé de son arceau qui ne nécessite pas de modification à part la peinture définitive...



Détail des tirants d'arceau et de l'arceau principal : il comporte désormais une douille et le tirant est boulonné au travers dans un filetage rapporté !




Le premier test de confort démontre que ce siège ne pourra pas être définitif...






Et pour entretenir la motivation on fait une photo souvenir avec un Buffalo achevé.



Ce week-end a été mis à profit pour poncer la coque et les capots en prévision du travail
de préparation à la peinture






La coque est maintenant chez le spécialiste pour l'application de la peinture.
Un réservoir de Dauphine quasi neuf  ( si, si ) est récupéré : pas de traces de saleté, de graisse ou de rouille à l'intérieur, ce qui est particulièrement rare :
le traitement au "Restom" prévu initialement ne se justifie même pas !




Opération délicate : atténuer l'angle, comme ils disaient à l'époque. Ce sera réalisé avec un tube rond puis martelé délicatement jusqu'à l'obtention d'un résultat correct. Puis application d'un apprêt et d'une peinture laquée... qui laisse réapparaitre les imperfections minimes de l'angle. Tant pis !
 Une jauge en 12 volts est montée mais avec la tige et le flotteur
de l'ancienne en 6 volts, bien sûr.



Entre temps, Valérie ( eh oui, une Nana ! ) s'est enfermée quelques heures en cabine, oubliant l'heure du déjeuner. Mais le résultat valait bien ce sacrifice.
Bravo l'artiste !




Même par temps couvert, il est prudent de garder ses lunettes de soleil pour admirer cette coque.



Quelques semaines ont passé... La coque a retrouvé sa place sur le châssis, et le moteur , de retour de chez le préparateur Richard Dielmann va pouvoir être remonté lui aussi :
















La fameuse "pièce de remplissage d'eau"
a été refabriquée a l'identique, mais en inox

Le A5 atmosphérique achevé est prêt à donner (tonner ?) de la voix.
En attendant, il se repose  encore dans son berceau,
même si les premiers essais de mise en route se sont avérés concluants.




Perçage des emplacements des feux de position :
une fraise spéciale pour le polyester facilite les choses.



La découpe est nette et sans bavure.




Une bonne partie de l'année est passée...
mais peu de photos des travaux ont été prises...



Les choses ont cependant bien avancé, puisque le Buffalo a effectué
ses tout premiers tours de roue... un soir d'hiver, dans la neige !
Si, si,  c'est vrai !



Il est évidemment impossible de l'exploiter dans ces conditions,
mais une chose est sûre : il roule désormais.



Les phares neufs ont trouvé leur place sur les ailes



Il fait -11° ce dimanche 11 janvier 2009.
 Mais Yves n'a pas l'air mécontent de pouvoir conduire son Buffalo malgré des conditions extrêmes pour ce genre de jouet.
Il est à noter que les sièges sont recouverts de housses neuves d'époque !

 Reste maintenant à ajuster le tableau de bord et achever le circuit électrique.
Le Buffalo sera prêt pour le printemps !



Pour 2009 le Buffalo a été chaussé de neuf, et ça fait un effet boeuf.
Ca va impressionner les keufs, mais sûrement aussi attirer les meufs !
Par contre, sur le mouillé pas de bluff : il va falloir rouler comme sur un oeuf !



jantes Mad'in 6 pouces et pneus 205/50/13 à l'avant
jantes Mad'in 9 pouces et pneus 235/50/13 à l'arrière.
On remarque le souci du détail : la couleur des moyeux est assortie à la coque.



Le A5 atmo a déjà fait étalage de ses capacités (voir page "vidéos")
Il est vrai qu'un sorcier s'est penché sur son berceau à sa naissance !



Le tableau de bord constitue un "os", car ceux du kit conventionnel ne rentrent pas dans le capot profilé ; il faut donc se lancer dans une fabrication sur mesure.



C'est le Padde qui se colle à la réalisation du master...

Une fois la forme générale réalisée, Padde va poncer, mastiquer, poncer, remastiquer puis pioncer.
Le master sera recouvert de plusieurs couches de vernis avant de pouvoir en tirer un moule, qui lui, servira à réaliser le tableau de bord définitif



 Jacky, le précédent proprio, trop ravi que son ancien jouet reprenne vie,
intervient lui aussi pour la réalisation du moule.




Là, c'est du véritable travail d'équipe :
 Jacky badigeonne, Padde découpe, JJ débulle et Yves bulle...
 Enfin presque, puisque c'est lui qui prend les photos !





et c'est pas parce qu'on bosse qu'il faut pas rigoler de temps en temps !


Une fois sorti du moule, les perçages des différents manos sont réalisés avant de mettre le tableau en peinture. C'est évidemment Valèrie qui en est chargée.




 
On attaque ensuite le circuit électrique:
une quarantaine d'heures seront encore nécessaires avant de  prendre la route ;

 
C'est quoi déjà, ce fil vert ???









Enfin, le Rétrotrip est monté sur le tableau ; en avant pour les rallies de régularité !



Cette fois-ci il est bel et bien fini :
tout fonctionne, des manos du tableau de bord jusqu'au réglage des sièges,des essuie glaces jusqu'au ... moteur !
Yves cache sa joie... car il est en partance pour le contrôle technique.
Il en reviendra avec un rapport vierge.



Première sortie "fun" et "test", le 13 avril :
en démonstration à la 1ère Course de Côte de Wangenbourg-Engenthal :
tout va très bien !




Première sortie d'envergure: 17 et 18 avril 2009 à la Targa Lorraine.
La photo ci-dessus ne le montre pas, mais pour sa sortie inaugurale,
le Buffalo et son équipage ont été copieusement arrosés !
 
 
 

Certains hésitent à sortir leur buggy dès qu'un nuage apparaît à l'horizon !

Yves ne fait pas partie de ceux-là :

la preuve sur cette photo d'Obélix qui rend à merveille les conditions du premier rallye, après vingt ans d'arrêt, de ce Buffalo !

 

Après plus de 400 km, le Buffalo franchit la ligne d'arrivée sans souci majeur.

Un an après l'achat "en kit",

Yves et son buggy sont définitivement prêts pour les sorties du club !



Article ajouté le 2008-03-22 , consulté 976 fois


28/04/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres