Amicale BUFFALO SARAP

Amicale                                                               BUFFALO SARAP

Restauration du SARAP " pam 1 " de PATTESS

Pour connaître les joies ( et les galères ? ) du montage d'un Buffalo comme à l'époque,
notre ami Pattess en a acheté un entièrement démonté : un véritable kit :











Puis commencent les travaux classiques : ponçage, sablage mise en apprêt de divers éléments.




Notons la présence de renforts inhabituels sur le châssis :






Puis l'artiste entre en scène.






Bon, y'a du rouge jusque sur le chapeau : mais l'artiste ne se prend pas pour Coustaud
A cause de son métier matinal, lui, ce serait plutôt "couche tôt" !





L'auto de Rhinau avance à la vitesse grand V !
Pour rattraper le temps perdu pendant une petite période de relâchement, Pattess a embauché !...



Pôôôvre Sylvie : avec le mal qu'elle se donne, elle mérite mieux comme bleu de travail. Vous ne trouvez pas ?





Et voilà le résultat : châssis bicolore, c'est la grande classe !



 
 
 

le train arrière, une fois la peinture sèche, peut être réassemblé.


 

 

Tous les éléments étant maintenant reconditionnés et peints, y'a plus qu'à remonter l'ensemble sur le châssis.

Le gros avantage, c'est qu'il n'y a plus besoin de porter : maintenant on pousse !

 

 

 

 

Montage "à blanc" de la direction


Radiateur, direction et grille sont en place...

 

 

La coque est posée "à blanc" pour ajuster un arceau, mais là, ça commence à ressembler à un Buffalo, non ?

 

 

 

 

L'arceau avant est ajusté à la baie de pare-brise.

 

 

 

Un tableau de bord spécial, sans doute inspiré d'une autre création, est ajusté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissons maintenant Pattess lui-même présenter la suite de sa restauration :

finalement c'est lui qui en parlera le mieux, non ?

 

 

 

 

 

"J'ai du rejouer de la cintreuse car mon arceau s'est déformé après avoir soudé la traverse de maintien de la colonne de direction,
 mais ça y est il est fixé au châssis. "
 

 

 

" Après j'ai percé dans le tableau de bord les orifices des deux gros compteurs ainsi que le trou de la colonne.
J'étais blanc comme un boulanger et la gorge me gratte a cause de la poussière de fibre. "

 

" hop la suite plus tard ! "

 



22/03/2008

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 100 autres membres