Amicale BUFFALO SARAP

Amicale                                                               BUFFALO SARAP

Le buggy SARAP

 

 

TUÉ PAR LE CHOC PETROLIER

 

 

 

Début 1974, les robinets du pétrole se ferment au Moyen-Orient. L'essence se raréfie, son prix monte en flèche. Le pantouflard gouvernement Messmer s'affole, perd les pédales et prend des mesures incohérentes et dénuées de tout bon sens, parmi lesquelles l'interdiction de toute compétition motorisée sur le territoire national. La France automobile, à tous niveaux, est complètement désorientée. Chez BUFFALO comme chez les plus grands constructeurs, les commandes sont annulées à tour de bras. La situation de la petite société, alors à son apogée, devient soudain très instable. Désabusé mais réactif, Beilé stoppe la commercialisation du BUFFALO, licencie une partie du personnel et brade la totalité du stock . Le département automobile est fermé définitivement pour ne pas risquer de mettre en péril les autres activités de la société Beilé.

 

 


 

 

 

LE BUGGY SARAP



La sympathique histoire n'en est pourtant pas à son terme. Lorsque la situation politico-économique se stabilise, la société SARAP décide de reprendre à son compte la commercialisation du buggy, dont les démarches d'homologation par type restent valables durant trois ans encore. L'appellation BUFFALO appartenant toujours à Roland Beilé, le buggy 100% français est désormais vendu sous la dénomination de buggy SARAP. Certains éléments de carrosserie sont revus et modifiés, mais le SARAP n'est rien d'autre qu'un BUFFALO rebaptisé. Une importante campagne de publicité est lancée par Alain Kummer, le directeur de la société, à tel point que le buggy SARAP devient bientôt aussi célèbre que son grand frère le BUFFALO.

 


 

Mais le courant "peace and love" s'étant progressivement étiolé dans la sinistrose ambiante, seuls quelques apprentis pilotes constituent encore une clientèle potentielle dorénavant...

 


 

 

Bon an mal an, 199 buggies SARAP sont encore vendus jusqu'en mai 1977, date à laquelle les procédures d'homologation par type arrivent à terme. De coûteux crash-tests devraient à nouveau être réalisés à l'UTAC pour renouveler les agréments. La direction de la SARAP juge que le jeu n'en vaut plus la chandelle et décide d'abandonner définitivement la production de l'attachant buggy. Au final, environs 600 exemplaires auront été vendus, toutes versions confondues.

 

L'histoire automobile de la SARAP, constructeur né de la passion et de l'acharnement d'une poignée de jeunes alsaciens, s'achève ainsi dans l'indifférence la plus totale.

 

Aujourd'hui, elle demeure injustement méconnue.

 

L'Amicale Buffalo Sarap s'efforce d'y remédier.

 


 

 



01/01/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres